Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2013

Insomnie et santé: les raisons d'une analyse géobiologique

galets eau.jpgUne maison ou un appartement vient d'être acquis. Un investissement d'une vie de travail. Il plait et correspond à tous nos souhaits: localisation et emplacement, architecture, voisinage... Tout est parfait... Mais un grain de sable mine le quotidien. Ce grain de sable peut prendre différentes formes comme par exemple: des problèmes d'insomnie apparaissent, des états de fatigue récurrents, une ambiance familiale qui se dégrade, des soucis de santé se font jour, le bébé ne dort plus les nuits, ...

Le lieu devient oppressant sans qu'on le sache. On tente la médecine allopathique, la relaxation, les médecines "douces".... mais rien ne change vraiment. Après avoir fait le tour des remèdes possibles, le sentiment que rien ne change vraiment semble s'imposer. Voici des exemples de signes qui doivent interpeller.  Et si ces soucis venaient de la maison? du lieu de vie?

Ces symptômes sont souvent la résultante d'un déséquilibre  du sous-sol. A notre insu, sans que nous le sachions vraiment, l'origine muette et cachée se trouve sous nos pieds: le sous-sol est malsain

La société a oublié les bases ancestrales de l'analyse du lieu avant toute construction.

En occident, autrefois, il était fait appel aux sourciers avant toute construction. Cette pratique, qui  a disparu pendant des décennies en France, reprend petit à petit ses lettres de noblesse...

La géobiologie apportera cet éclairage oublié par une analyse du terrain. L'idéal est avant l'achat ou la construction d'une maison ou d'un appartement. Mais même une fois construit, il est toujours possible de corriger les lieux pathogènes, et les rendre sains, grâce à cet art retrouvé... A noter que nous proposons une harmonisation qui supprime toute nocivité tellurique, sans pose d'objets (pyramide, cuivre et autres...).

Amos Lardonne

 

Les commentaires sont fermés.